La Cytologie

Étymologiquement, la cytologie, c’est l’étude des cellules composant un tissu. Contrairement à l’histologie qui étudie la structure globale d’un tissu, la cytologie se focalise sur la cellule isolée. Le CCAP (via son GIE BIOCYT) traite pour la majeure partie les Frottis Cervico-Utérin (FCU). Plus de 29000 dossiers de FCU sont réalisés par an, dans le cadre du dépistage du cancer du col de l’utérus (classé 12ème cancer chez la femme) ; mais aussi, à moindre échelle, les ponctions thyroïdienne, les urines, les cyto-ponctions de sein, les lavages broncho-alvéolaires, etc…

Suivi type du traitement d’un FCU

À son arrivée au laboratoire, le flacon de votre FCU se voit attribué tout d’abord un numéro associé à un code-barres, et est enregistré dans le système informatique.
Il sera ensuite pris en charge dans un automate (Hologic ThinPrep 5000 Autoloader) qui va extraire par microfiltration les cellules du flacon et les apposer statiquement sur une lame de verre.
Le « spot » cellulaire uniforme ainsi obtenu est alors coloré (coloration de Papanicolaou) par un automate (Sakura Tissue Tek 2000) et recouvert par un film de protection (montage).
L’échantillon ainsi préparé va alors être « lu » par un automate (Hologic ThinPrep Imager). Cet appareil scanne microscopiquement l’intégralité du spot, et « géo-localise » 22 champs microscopiques les plus pertinents, en se basant sur un algorithme de critères cytologiques.
Les 22 zones d’intérêts enregistrées sont enfin vérifiées microscopiquement par un cytotechnicien qui analyse, pose un diagnostic et élabore un compte-rendu de résultat.

Dans la grande majorité des cas, le résultat d’un frottis cervico-utérin est tout à fait normal, même s’il n’est pas rare de constater une candidose, une infection herpétique ou une trichomonase. Le rôle du cytotechnicien est alors de le signaler dans son compte-rendu, mais le cœur de son métier reste le dépistage des lésions précancéreuses.

En effet, le but premier de la réalisation d’un FCV est avant tout la détection de signes avant-coureurs du cancer cervico utérin liés très majoritairement à une infection virale : le Papilloma Virus Humain (HPV). Certaines souches de ce virus entrainent des modifications nucléaires, et donc cellulaires, qui, en l’absence d’un traitement approprié, peuvent aboutir à une lésion cancéreuse après plusieurs années.

CIN I (Koïlocytes)

Lésion de Haut Grade

CINtec PLUS+

En fonction du degré d’avancement des signes lésionnels observés au microscope, des examens complémentaires (Typage HPV, CINtec PLUS®) ou une colposcopie peuvent-être préconisés selon les recommandations de l’INCA (institut national du cancer).

Logigrammes CAT de ROCHE suivant les recommandations de l’INCA.

Accréditation COFRAC – Norme ISO 15189 – pour la cytologie gynécologique en milieu liquide.

Bienvenue au Centre de Cytologie et d’Anatomie Pathologiques (CCAP).

• Contact

551 avenue Jacqueline Auriol
45770 SARAN
02 38 24 07 07