L’Histologie

L’Anatomie et Cytologie Pathologiques (ACP ou « anapath ») est une discipline assez méconnue du grand public. Il s’agit pourtant d’une spécialité médicale essentielle, qui consiste à examiner les organes, les tissus ou les cellules afin d’établir un diagnostic, et dans le cas d’un cancer, participer activement au meilleur traitement thérapeutique pour le patient.

Parcours type d’un prélèvement histologique

1. L’enregistrement

Dès son arrivée, un numéro est assigné au prélèvement histologique fixé généralement dans du formol, et il est enregistré informatiquement.

2. La macroscopie

Le prélèvement, en fonction de sa taille et de son origine anatomique, est trié puis observé à l’œil nu. Cet examen visuel, effectué par le médecin spécialiste, consiste à mesurer, peser, repérer, décrire et éventuellement photographier ou dessiner la pièce opératoire.

Les petites pièces opératoires de type biopsie par exemple, sont orientées et mises en cassette intégralement, alors que les pièces anatomiques plus grosses sont stratégiquement disséquées, repérées et mises en cassettes selon les protocoles adaptés.

3. La déshydratation

Les cassettes contenant les morceaux tissulaires sont alors placées dans un automate de déshydratation qui, par les actions conjointes de la chaleur, de la pression et de solvants, va ôter progressivement toute trace d’eau dans les tissus, et la remplacer par un dérivé paraffinique. Ces étapes sont graduelles et lentes, c’est pourquoi les cycles de déshydratation sont réalisés la nuit.

4. L’enrobage

A ce stade, le prélèvement tissulaire est imprégné de paraffine, et va être inclus dans un bloc de paraffine liquide à l’aide d’un moule en inox, puis refroidi.

5. La microtomie

Le prélèvement moulé à sa cassette d’origine est alors tranché finement (3 ou 4 microns) grâce à un microtome, et la fragile coupe obtenue est délicatement étalée sur une lame de verre, sur laquelle le N° d’identification du prélèvement aura été gravé.

NB : D’autres lames peuvent être également réalisées pour d’éventuelles analyses complémentaires.

6. La coloration

La lame ainsi réalisée va être traitée par un automate de coloration. Après plusieurs passages successifs dans différents bains de colorants et de solvants, le prélèvement se verra teinté par la coloration dite HES (Hémotoxyline Éosine Safran) et recouvert par un film de protection (montage). Les lames colorées et montées sont mises sur plateau et distribuées au médecin pathologiste.

7. La microscopie et le diagnostic

La lame du prélèvement est observée au microscope par le pathologiste qui établira son diagnostic et dictera un compte-rendu.

Pour étayer son diagnostic, le médecin dispose d’examens complémentaires (colorations spéciales, immuno-histochimie, voire avis d’expert).

Bienvenue au Centre de Cytologie et d’Anatomie Pathologiques (CCAP).

• Contact

551 avenue Jacqueline Auriol
45770 SARAN
02 38 24 07 07